MSH-M.TV

Suffit-il d’être patriote pour partir à la guerre ? Retours sur le succès des mobilisations de 1914

Informations sur la vidéo :

Auteur(s)
 : Frédéric Rousseau Professeur d’Histoire contemporaine à l’UPVM, chercheur rattaché à CRISES, directeur de la MSH-M
Magali Charreire PRAG en histoire moderne à l’Université Paul-Valéry Montpellier
Thème : Saison 6 : (R)évolution(s)
Agora des Savoirs : Saison 6 : (R)évolution(s)RSS
Date : 4 mars 2015
Discipline : Histoire
Langue :  
Télécharger :  Format HD
Licence :  Licence Creative Commons

en partenariat avec les Archives Municipales

L’intervention de Frédéric Rousseau s’inscrit dans une controverse historiographique dont les enjeux dépassent très largement la seule interprétation de la Grande Guerre : elle pose notamment une question qui anime en réalité toutes les sciences sociales dès lors qu’elles cherchent à éclairer les comportements individuels et collectifs : pourquoi les acteurs sociaux font-ils ce qu’ils font ? Et inversement, pourquoi ne font-ils pas ce qu’ils ne font pas ?

En fait, et pour ce qui concerne directement l’objet de cette communication, derrière la question du patriotisme et de la ténacité des combattants de la Grande Guerre, c’est la question des motivations des acteurs qui est posée : or que peuvent dire les chercheurs en sciences sociales et les historiens ?

Personne ne doute de l’attachement que les hommes et les femmes de cette époque portaient à leur patrie. Mais pour autant, peut-on déduire les croyances et les motivations des individus de l’observation de leurs comportements collectifs ? Peut-on déduire le patriotisme des hommes mobilisés de l’observation du succès (indéniable) des mobilisations ? Au-delà, peut-on déduire le patriotisme des poilus de leur longue patience-obéissance (indéniable elle aussi) à supporter les horreurs de la guerre ? D’autres facteurs que le sentiment patriotique ne jouent-ils pas un rôle plus actif encore ?

D’une façon plus générale, il s’agira de questionner « le point de vue de l’historien » et notre façon d’écrire l’histoire ainsi que le rôle de l’historien au sein de nos sociétés. En définitive, pour qui, pourquoi, pour quoi écrit-il ?

© Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier (MSH-M) 2006-2017Informations légalescontact@msh-m.org